LA VOIE

de la SOUPLESSE

Deux versions de ce spectacle :

Tout Public (durée 75 mn) et Jeune Public(durée 50 mn)

Récit écrit et joué par Alain Vidal
Mise en scène : Marie Vidal


Je n’ai jamais mis les pieds au Japon mais j’ai fait beaucoup de judo.
Quand j’étais jeune, j’ai fait beaucoup de judo. C’est mon père qui m’avait inscrit.
Il faut vous dire qu’à l’époque, j’étais pas très épais, sauf les lunettes, j’avais de grosses lunettes. J’avais les genoux en dedans, les pieds plats. Le plexus légèrement en creux me donnait un air un peu voûté… avec ça un caractère aimable, le sourire aux lèvres, un gentil garçon quoi...
Et mon père avait jugé plus prudent de m’inscrire à une activité style sport de combat. La boxe, j’ai dit non.

_ Non, papa, non. La boxe c’est pas pour moi, c’est trop violent. Moi comme activité je préfère le dessin.

Mon père qui n’était jamais a court d’argument m’ dit alors :
_ Que penses-tu de la voie de la souplesse ?
_ La voie de la souplesse c’est quoi ça ? c’est une sorte de danse ?
_ Non, c’est pas de la danse. La voie de la souplesse c’est le judo. Ju- souplesse / do - voie –. La voie de la souplesse, toi qui aime les chats, ça ne peut que te plaire…
_ Oui ?.. ça ne peut pas être bien méchant…Bon… Essayons.

Aussitôt dit, aussitôt fait, et me voilà avec mon père dans le dojo du Judo Club des Cévennes. Avec ses tapis - ses tatamis ça s’appelle - qui sentait fort les pieds, avec ses pilonnes entourés de mousses, avec peints sur ses murs des samouraïs, sabre au poing, comme surpris, comme figés dans des positions invraisemblables, chignions furieux, bouche tordue, yeux injectés de sang, parés de kimonos grandioses. Ils semblaient voler dans un ciel tempétueux, ivres de colère, tels les anges de la mort.
Le Professeur, Monsieur Pachéla, m’a arraché à mon père et il m’a présenté aux les samouraïs. Il les connaissait tous. Ils avaient été visiblement de bons amis à lui car il savait plein d’histoires sur eux…

 
Fiche technique
A travers la presse enthousiaste...

· Espace scénique :
Ouverture 3m
Profondeur 2m

· Durée : 1 heure15

Beaucaire. Des héros japonais s'invitent à la médiathèque
Vendredi 22 janvier au Grand Mas, Alain Vidal, de la compagnie Arthéma, a fait découvrir au public une part de son enfance. Le public a remonté le temps avec lui, entrant dans le dojo du club des Cévennes où son père l'avait emmené pour qu'il apprenne à devenir grand et fort. Lui, petit garçon timide et calme, y est resté surtout pour écouter les légendes des samouraïs peints sur les murs. Ces histoires sont ainsi le point de départ du voyage vers le Japon.
Le conteur a transporté l'auditoire vers le parcours du samouraï Kasaï et du pêcheur Boshu. Et c'est ainsi qu'au fil de la soirée les spectateurs ont côtoyé ces maîtres guerriers qui utilisaient la sagesse et la ruse pour vaincre leurs adversaires. Alain a également conté la belle rencontre du pêcheur avec sa sirène à la queue de dorade.
Cette belle créature a donné du courage à Boshu dans sa quête de poissons. Comme souvent, cette dorade-sirène s'en est allée un jour, après avoir donné du baume au coeur à son héros.Le public est ainsi passé des Cévennes au Japon avec enchantement. Les enfants riaient aux éclats des mots et des mimiques de ces narrations. Alain n'hésite pas à faire participer son public : ainsi, le petit Raphaël, spectateur en kimono, a été de la fête dans ce voyage vers le Japon.
Un spectacle d'une grande qualité où petits et grands ont apprécié le jeu de scène du conteur et les histoires extraordinaires des samouraïs. Cette représentation s'est jouée à guichet fermé.
L'espace de la médiathèque a été optimisé pour répondre aux réservations très nombreuses. En effet, pas moins de 83 personnes ont apprécié ce succès. Un pur moment de bonheur. Quand ce conteur talentueux revient-il pour d'autres aventures ?
DR - MIDI LIBRE - Édition du samedi 30 janvier 2010