Des Dieux, des Héros,
et moi, Pylade, simple grec !

Texte et adaptation de Philippe Pouillaude et Alain Vidal
d’après l'Orestie d'Eschyle et l'Iphigénie à Aulis d'Euripide.
Collaboration artistique : Christine Chantelouve, Jane Barthes,
Margreet Koornstra, Gérard Santi, et Laurence Vigné.
Avec Alain
Photos : M. N. Diochon

Quelque part un musée... Sur des panneaux sobres, noirs, brodés de frises, sont installés masque de théâtre, lyre d'Apollon, carte, casque spartiate, divinités peintes... A l'arrière plan, dans la pénombre, se trouve Athéna, belle et hiératiquedans son sanctuaire. Tout est prêt ...
Le ciel dans les yeux, le soleil dans le coeur, ainsi va Pylade Théodopoulos. Et ce soleil, il l'emmène avec lui, dans la fraîcheur du petit musée.Il fait son métier, il accueille les groupes de touristes. Qui sont-ils aujourd'hui, Américains, Italiens, Espagnols, Allemands? Il essaie plusieurs langues. French !!! Des Français... Surprise, joie. Pylade aime la France, il y a vécu, il maîtrise parfaitement la langue, sa femme est française.Trouble, pincement de coeur. Cette femme l'a quitté. Elle est partie vivre au Texas avec un américain, emportant... les enfants. Dans tout le bassin Méditerranée, la famille représente une valeur forte.
Pylade Théodopoulos est un homme blessé. Devant ce groupe de touristes Français, il va abandonner la rigueur du guidage classique pour parler avec passion de son pays, cette terre rocheuse aux collines semées de pierres, aux montagnes raboteuses tapissées de fleurs... pour parler de la Grèce aux mille contrastes, des oliveraies à flanc de coteaux, de la mer toujours proche...

Puis la réalité refait surface et Pylade s'interroge, nous interroge : Y a-t-il une fatalité familiale? Les enfants n'ont-ils pas besoin d'une mère et d'un père? Quel risque y a-t-il à nier chez l'enfant l'un des deux parents? C'est dans sa famille mythologique que Pylade va puiser des réponses, nous faisant revivre dans un climat d'intimité, de familiarité la saga de ses lointains cousins, les Atrides...
 

 
A travers la presse enthousiaste..
"Il est fils de Dionysos, de la ripaille, du théâtre, fils de Zorba aussi qui sait si bien danser et pleurer… Pylade Théodopoulos (alias Alain Vidal) est une sorte de conteur inspiré qui va nous entraîner sans aucun complexe dans un spectacle initiatique au pays des Dieux, de la guerre, de la vengeance, dans le berceau ou presque de notre civilisation, le Grèce. Un acteur, seul sur scène dans un bel exercice de style, nous invite chez lui. Il y a installé des masques, des armements de guerrier, des divinités peintes…"
Midi Libre – Avril 200018ème rencontres méditerranéennes de l’Hérault